Bienvenue sur le blog des Entrepreneuses Créatives

mardi 4 juillet 2017

Fermeture d'A little market : comment réagir ?


Alittlemarket, place de marché française réservée aux créateurs du fait-main, a brutalement annoncé hier sa fermeture définitive. Une nouvelle choc pour les dizaines de milliers de vendeurs présents sur le site, qui s'interrogent sur leur avenir. L'occasion pour nous de revenir sur les avantages et inconvénients de ces plateformes de vente de fait-main et de vous donner quelques pistes pour rebondir.


Fermeture définitive des sites d'ALM (Alittlemarket et Alittlemercerie) d'ici à fin septembre: la nouvelle s'est rapidement propagée parmi les créateurs français, hier. Tristesse, inquiétude, colère: les réactions des utilisateurs ne se sont pas faites attendre et on comprend leur amertume quand on imagine les conséquences de cette fermeture pour les créatrices et créateurs dont les ventes online reposaient, parfois exclusivement, sur les outils de mise en ligne et de paiement de la plateforme.






Faut-il transférer sa boutique ALM sur Etsy?

Il y a trois ans, le leader français du fait-main a été racheté par le géant américain Etsy et, déjà à l'époque, les vendeurs de cette plateforme n'étaient pas tous convaincus du bienfondé de cette manoeuvre financière. Pourquoi continuer à garder deux entités distinctes quand on connaissait les objectifs de cette opération, conquérir le marché français répondant à un fonctionnement particulier qu'Alittlemarket avait su capter (lire cet article sur le Journal du Net)?

Les dirigeants d'ALM rétorquaient alors que les deux plateformes étaient suffisamment complémentaires pour cohabiter. Mais voilà, aux Etats-Unis, Etsy, entrée en bourse en avril 2015, a commencé à réduire ses effectifs fin 2016 et continue de tailler dans la masse salariale depuis...   Cet article aurait pu nous mettre la puce à l'oreille courant juin : "Etsy announces a second round of job cuts in little more than a month".

Même si votre anglais est approximatif, vous retiendrez cependant un mot : profits. Etsy doit désormais répondre aux exigences d'actionnaires et faire face à la concurrence d'Amazon, d'Ebay ou encore de Facebook et Instagram. Et les valeurs qui l'animaient au début - dont l'authenticité - se sont peut-être un peu perdues en route...  A vouloir toujours plus, à accepter les vendeurs non-déclarés, à autoriser le made in China, le risque est qu'Etsy connaisse, dans quelques années, le même sort qu'ALM.

La réalité c'est que ces plateformes au trafic important sont devenues des moteurs de recherche spécialisés. Devant l'engouement que le "handmade" et le "buy local" suscitent, les intervenants y sont de plus en plus nombreux et la visibilité pour chacun s'appauvrit à chaque nouvel entrant. Alors imaginez quand les dizaines de milliers de membres basculeront d'ALM vers Etsy...


Une opportunité: celle de prendre votre indépendance digitale

Quand ressortir dans les recherches Google pour un "petit créateur" était quasi impossible, Alittlemarket promettait visibilité et mise en avant pour les acteurs indépendants et isolés du marché. Avec sa disparition, le tableau paraît bien noir et pourtant cette actualité est une vraie opportunité. L'opportunité de prendre votre indépendance digitale. Quand vous vous posiez la question "Etsy ou ALM ?", vous voici désormais face à un autre choix : Etsy ou mon propre site?

Il faut bien le dire: Etsy, comme les autres places de marché ont des avantages: elles sont super pratiques quand on veut déléguer la fonction "vente" (et non la fonction commerciale, ne pas confondre les deux) de son business créatif. Être présent sur une plateforme évite d'avoir à investir dans sa propre boutique en ligne, de choisir un dispositif de paiement à distance. On est également guidé dans la rédaction de ses fiches produit. Et l'on bénéficie de l'audience et de la notoriété du site.

La véritable réflexion à avoir ne concerne pas tant le lieu de vente de vos créations que votre identité de créateur. Car que ce soit sur les moteurs de recherche ou sur les places de marchés (Etsy mais aussi Amazon Handmade - voir cet article du monde dont le titre est révélateur), le plus dur reste de sortir du lot. Pour cela, la solution que nous préconisons est "simple": créer et développer sa marque propre.


Créer sa marque et son identité

Pour ne pas être un vendeur parmi les autres, des petites mains dans l'ombre, pour éviter qu'à la question : "Oh il est chouette ton collier, tu l'as acheté où ?", la réponse soit le nom d'une marketplace et non le vôtre, il est important de vous pencher dès maintenant sur la création de votre marque et de son identité.

Notre nouveau livre, "Créer sa marque pour small business" (sorti le jour où Etsy annonçait de nouvelles réductions d'effectifs) développe justement ce point : celui de la différenciation quand les entrepreneuses créatives sont de plus en plus nombreuses à se lancer. Oubliez le lieu de vente en ligne, il n'est au final que votre tiroir caisse : que vous vendiez sur votre propre site ou sur un marketplace, il vous faudra de toute façon miser sur votre identité de marque, votre ADN, vos valeurs, votre histoire... tout ce qui fait que vous êtes vous et que vous valez la peine d'être connu.


extrait du mail envoyé le 03 juillet 2017 aux membres vendeurs 

mercredi 21 juin 2017

Créer sa marque et son identité : les premiers retours !

Small business : Créer sa marque et son identité sort demain 22 juin dans toutes les bonnes librairies. Tous les entrepreneurs et experts qui ont témoigné dans nos pages ont reçu leur exemplaire en avant-première. Et visiblement, ils apprécient ce nouvel ouvrage!

Vous aussi, n'hésitez pas à utiliser les hashtags #creersamarque et #entreprendreautrement pour partager vos photos et avis sur notre livre ^^



Une publication partagée par Michelle Mauricette (@michelle_mauricette) le
Une publication partagée par Visual Story Mapping 💡💭🖌💫 (@visualstorymapping) le



mercredi 7 juin 2017

Créer sa marque et son identité: notre nouveau titre sort dans quelques jours !

Et de 3!

Voilà près d'un an que nous travaillons sur notre troisième ouvrage : après Vendre et mettre en avant ses créations et le Guide des entrepreneuses créatives, voici Small business: Créer sa marque et son identité (toujours aux ed. Eyrolles).

Il sera très bientôt dans les rayons de votre librairie: sortie annoncée le 22 juin ! (PS: il est déjà possible de le pré-commander à la FNAC mais n'hésitez pas non plus à le réclamer à votre libraire indépendant!)





Comme nous vous l'annoncions voici quelques jours, nous sortons de notre zone de confort (les artisans-créateurs et le fait-main) pour explorer d'autres pistes toutes aussi créatives. Nous nous adressons en effet aux smalls business : ces "petites" entreprises à taille et à valeurs humaines qui souhaitent se démarquer en mettant en avant leur identité et leurs différences.




Comme dans nos précédents ouvrages, nous nous sommes appuyés sur de nombreux témoignages d'entrepreneurs français de tous horizons. Ils oeuvrent dans la création locale, l'alimentaire, le service, la décoration... Tous se distinguent par la mise en avant d'une marque forte.

Nous les avons sélectionnés pour leur originalité et leur authenticité et avons ainsi pu construire un ouvrage pratique et concret articulé en quatre parties :

1. Pourquoi créer sa marque
2. Créer sa marque, c'est raconter une histoire
3. Concrétiser sa marque : l'identité visuelle
4. Protéger sa marque et ses créations

A très vite pour vous en dire plus sur le sommaire complet et les entrepreneurs qui ont participé à ce nouveau livre!

jeudi 18 mai 2017

Salon du livre de loisirs créatifs à Mazingarbe

Nous remercions chaleureusement la médiathèque Robert Hossein pour la belle mise en avant de nos livres ''Vendre et mettre en avant ses créations'' et ''Le guide des entrepreneuses créatif'' (aux ed. Eyrolles) et de leur accueil lors de la 10ième édition du salon du livre créatif organisé dans leurs locaux à Mazingarbe (entre Arras et Lille). Cette médiathèque propose régulièrement des ateliers créatifs et possède plus de 1600 titres toutes disciples confondues : cuisine, jardinage, couture, tricot, fimo, bijoux, origami... Un choix incroyable !









 





samedi 13 mai 2017

Entrepreneuriat: C'est quoi un Small Business ?

Notre nouvel ouvrage, à paraître dans quelques semaines, s'adresse aux "small business". L'occasion pour nous de vous raconter sa genèse et de vous expliquer ce que nous entendons par ce terme.





En mai 2012 (et oui, 5 ans déjà!), nous lancions la communauté des Entrepreneuses créatives, pour apporter aux créatrices de fait-main conseils et formations adaptés à leurs problématiques de toutes petites entreprises fondées sur la mise en oeuvre de leur talent créatif.

Depuis, notre audience a grandi, s'est élargie et diversifiée. L'entrepreneuriat séduit de plus en plus d'hommes et de femmes, qui trouvent dans la création d'une activité indépendante à taille humaine le sens qu'ils recherchent dans leur travail comme dans leur vie.

Nous comptons désormais dans notre lectorat des entrepreneurs aux profils et activités variés. Leur point commun: la créativité et la création sont au coeur de leur métier, qu'il s'agisse de couture, de tricot, de bijoux mais aussi de photographie, de graphisme d'événementiel, de cuisine, de papeterie...

Et bien souvent, ils ont à coeur de mettre l'humain, le local, le durable au centre de leurs pratiques entrepreneuriales et commerciales.


A paraître: un nouvel ouvrage pour les petites entreprises et indépendants qui lancent leur marque


Devant cet engouement croissant pour ce mode de travail, nous continuons d'observer et de rechercher les bonnes pratiques que les nouvelles petites marques françaises expérimentent.

Depuis un an, nous travaillons donc à repérer celles qui se distinguent et tirent leur épingle du jeu, à recueillir leurs témoignages pour les consigner dans notre nouvel ouvrage, intitulé Small business: Créer sa marque et son identité, à paraître en juin (toujours aux ed. Eyrolles).

Quand nous avons du choisir le titre de cet ouvrage, nous avons eu de nombreux échanges avec notre éditrice sur la manière de nommer les lecteurs auxquels nous avons pensé en écrivant. Ou plutôt les termes qui leur permettraient de se reconnaître dans le titre et tout au long des chapitres.

Dans ce livre, en effet, nous ne nous adressons plus seulement aux entrepreneuses créatives mais à tous les entrepreneurs indépendants. Nous restons dans le "made in France" mais ne nous limitons plus au fait-main. Nous parlons aux créateurs, aux artisans, comme aux prestataires de services, quelque soit leur statut ou leur mode d'exercice (free-lance, micro-entreprise, SARL, profession libérale...).


Les "small business": un ancrage local, une histoire et une envie d'entreprendre autrement


Il nous fallait trouver une expression, compréhensible et vendeuse, qui rassemble tout ce beau monde. Et c'est finalement pour un terme anglo-saxon que nous avons opté : celui de SMALL BUSINESS. Il faut dire que nous avons toujours un oeil sur ce que font nos voisins anglo-saxons, souvent un poil en avance sur les Européens.

Qu'englobe, à notre sens, ce terme de "small business" ? Aux Etat-Unis, les critères de définition sont très précis et concernent notamment le nombre d'employés ou encore le chiffre d'affaires. Ce ne sont pas ces caractéristiques qui ont pourtant motivé notre choix. Pour nous, les "small business" ce sont ces (nouveaux) acteurs du tissu économique local, qui n'ont pas pour vocation à devenir des multinationales (mais peuvent tout à fait s'exporter à l'international si le succès les y emmène !), et qui visent plutôt à recréer du lien et de l'humain avec les consommateurs et les autres entrepreneurs du territoire.

Ces néo-entreprises sont portées par des femmes et des hommes passionnés, qui ont une vraie histoire à raconter. Leur entreprise est née d'un besoin, d'un constat, d'un manque. Mais aussi d'une envie de travailler autrement, d'entreprendre autrement, pour redonner du sens à leur vie et à celle de leurs clients. Ils défendent des valeurs, des savoir-faire, des convictions. Leur modestie mais aussi leur authenticité font indéniablement partie de leurs grandes forces.

Et vous, êtes-vous un small business?
SaveSave

vendredi 7 avril 2017

Ouvrir sa boutique en centre ville

Nous savons que vous êtes nombreuses à rêver de pouvoir un jour ouvrir votre propre point de vente. Devenir commerçant n'est pas une opération anodine : entre le local à trouver, le bail commercial à signer, l'agencement à réaliser et les loyers à payer, la pression est grande et peut vite rebuter les plus porteuses de projets. Et pourtant nos centres ville ne demanderaient que ça : tant d'emplacements vides qui pourraient accueillir de chouettes concepts et de belles personnes qui nous changeraient enfin des chaînes internationales qui ne proposent qu'une offre uniforme de produits fabriqués ailleurs...  

Le livre "Comment la France a tué ses villes" d'Olivier Raseront aux éditions Rue de l'Echiquier nous montre les vrais responsables du déclin des nos villes. Internet et le e-commerce qui l'accompagne n'est pas le grand coupable, comme beaucoup pourraient le croire. Les vrais responsables sont en fait les centres commerciaux en périphérie des villes... Les exemples ne manquent pas dans ce livre et les solutions non plus. Encore une fois, nous réalisons à la lecture des différents chapitres, que nous pouvons agir nous consommateurs en privilégiant les commerçants de proximité. 


Nous y avons déniché une belle info : saviez-vous qu'il existe désormais une initiative française permettant de tester son concept dans un local à loyer modéré avec un accompagnement en prime ? Ce concept intialement lancé à Noyon se duplique désormais en France et gagne a être connu : Ma boutique à l'essai dispose d'un site internet sur lequel vous trouverez toutes les informations dont vous aurez besoin pour bénéficier de cette aide. 


SaveSave

mercredi 5 avril 2017

Gérez vos projets collaboratifs en ligne

Il n’est pas toujours facile d’être créatrice, entrepreneuse et chef de projet ! La gestion de projet, qui fait d’ailleurs partie intégrante de notre quotidien, peut s’avérer compliquée si vous manquez de capacités organisationnelles. Nous sommes certaines que vous connaissez toutes les prises de têtes et les centaines de petites choses à vérifier pour organiser un évènement parfait par exemple… Alors imaginez quand on parle d’un projet à plusieurs, avec des clients à l’autre bout de la France, ou des co-équipiers qui se trouvent à des dizaines voire des centaines (comme dans notre cas pour l’écriture de nos livres et la tenue de notre site www.entrepreneusescreatives.com).



Réussir un projet, c’est tout d’abord être organisé dans sa gestion de projet. Sans organisation, le projet a peu de chance d’aboutir. Plus vous êtes nombreux sur un même projet, plus c’est compliqué : réunions, récapitulatifs, partage des tâches, envois de centaines de mails… Beaucoup de « paperasserie digitale » dans laquelle il est facile de se perdre ! Afin de répondre aux différents challenges que peut impliquer la gestion d’un projet, il existe de nombreux outils collaboratifs qui permettent d’y voir plus clair et de mener à bien un projet.  Parmi eux vous trouverez : Nutcache.

Nutcache est un logiciel de gestion de projet, entièrement gratuit pour les projets impliquant moins de 20 personnes, donc idéal pour les particuliers ou pour les entrepreneuses comme vous, pour les starts ups… Ce logiciel se trouve en ligne, et vous pouvez vous inscrire directement via le site Nutcache. Pour y accéder, il suffit juste d’une connexion internet. Vous n’avez pas besoin de télécharger de logiciels. Nutcache est un logiciel de gestion de projet collaboratif, qui permet de simplifier le travail d'équipe et de suivre l’avancement d’un projet. Véritable outil collaboratif, organisationnel et managérial, Nutcache facilite la communication entre collègues et participe au bon déroulement d’un projet. C’est un réel gain de temps et d’argent, et qui assure une productivité maximale. En effet, il permet de regrouper toutes les étapes d’un projet sur une seule et même interface, tout en étant accessible par tous les participants du projet, partout à travers le monde.
Nutcache comporte 4 sortes d’étapes, essentiels à la gestion d’un projet réussi :
  • Le Tableau Collaboratif, qui permet de centraliser toutes les informations relatives à chaque projet, et de rassembler toutes les communications et les échanges autour du projet en question. Chaque participant peut partager ses idées, ses documents, ses commentaires… La communication entre les membres est donc plus facile, et permet de mieux collaborer et avec l’équipe qui accède à toutes les informations nécessaires pour l’avancement du projet. Vous me l’accordez, c’est bien plus simple qu’une conf-call à 2h du matin pour être raccord avec les autres membres !
  • Le suivi du temps qui permet de comptabiliser avec exactitude les heures travaillés sur chaque tâche et pour chaque membre de l’équipe. Le suivi du temps permet aussi de facturer chaque participant en fonction de ses heures. Et surtout, le suivi de temps aide à anticiper les éventuels retards et devancer les potentiels problèmes.
  • Le suivi des dépenses, essentiel pour suivre les couts des différentes tâches et étapes du projet mais aussi pour garder le budget sous contrôle !
  • Le système de facturation, qui permet de facturer directement en ligne, avec de nombreuses facilités de paiements disponibles mais aussi des factures en plus de 8 langues ! Vous n’avez plus besoin de traduire la facture dans la langue de votre client, Nutcache s’en charge automatiquement !
En bref, Nutcache est un logiciel de gestion de projet tout en un, complet, facile d’utilisation, efficace, et qui apporte une vrai valeur ajoutée à vos projets. Et en plus de tout ça, il est gratuit ! Que demandez de plus ? ’N’attendez plus… pour s’inscrire c’est par ici