Bienvenue sur le blog des Entrepreneuses Créatives

mardi 19 février 2013

Les ingrédients de base pour une EC qui veut twitter - par Vanille Citron

Lors de sa participation à l’atelier en ligne de janvier dernier, Vanille Citron nous disait réaliser de nombreuses ventes grâce à sa présence sur Twitter, ce qui n’a pas été sans nous interpeller. En effet, la plupart des Entrepreneuses Créatives que nous rencontrons sur la toile semblent plutôt être des adeptes de Facebook, à commencer par nous deux - Sandrine et Sophie, souvent considéré comme plus instinctif et facile d’utilisation...

Nous avons donc demandé à Cécile de nous en dire plus sur son utilisation de Twitter...






1. Que peux tu bien raconter sur Twitter en rapport avec ton activité ?


Assez peu de choses, en fait. Les tweets en rapport avec mon activité sont minoritaires par rapport aux conversations que j'ai avec les personnes que je suis. Je tweete les nouveautés bien sûr, je tweete très facilement la progression de mon travail sur telle ou telle création (avec photo le plus souvent) et je tweete surtout beaucoup le quotidien (mes "conditions de travail" en fait). Et je tweete aussi sans rapport avec mon activité ! Twitter, c'est un peu des petits bouts éphémères et instantanés de l'envers du décor.

2. Comment y rencontres-tu des personnes susceptibles de devenir tes clientes et comment “connectes” tu avec elles ?

Aujourd’hui, ce n’est plus seulement moi qui cherche à agrandir mon réseau : ce sont aussi des personnes qui me trouvent, par recommandation ou par recherche, et me suivent. Mais lorsque j'ai créé mon compte twitter, j'étais un peu perdue. L'outil de suggestion ne suggère que des gros comptes très connus, qui ne sont pas susceptibles de s'intéresser à moi, petite entreprise débutante. Du coup, je me suis aidée des blogs (et notamment de l'annuaire d'Hellocoton) pour trouver des comptes twitter qui m'intéressent. Pas en tant que clientes potentielles, mais en tant que personnes. J’ai donc cherché des comptes de gens ayant des points communs avec moi (dans leur vie et/ou leurs centres d’intérêt) : des mamans / futures mamans, des femmes non mamans, des papas aussi.

À la création de mon compte, j’avais mal rempli ma “biographie” (courte description dans le profil) en n’y mentionnant que mon activité commerciale. Or, j'ai choisi twitter pour pratiquer le micro-blogging avec des personnes qui le pratiquent aussi, donc il faut me présenter à elles en tant qu’être humain et non en tant que boutique, ou même “seulement” créatrice. Lorsqu'ils me suivent en retour, engager la conversation est assez simple car je me dis qu'ils ont envie d'échanger avec moi. Lorsqu'ils ne me suivent pas, je profite d'une question posée ou d'un tweet dont je me sens proche, pour leur montrer que je ne suis pas un compte "promotionnel" mais un compte humain. Et généralement, les échanges se créent très naturellement ! Je n'échange pas sur le commercial si cela ne vient pas de la personne qui me parle, mais sur le personnel. Twitter est, pour moi, créateur de liens à tendance plus personnelle que commerciale. Si la personne a ensuite envie de poser une question sur la boutique, de commander une création, elle va d'ailleurs plutôt le faire en privé.





3. Tu nous as aussi confié que ces échanges se convertissaient souvent en ventes, comment procèdes tu pour “vendre” tes bijoux de cette façon ?

Bijoux ou articles pour bébé ;-) Les deux sont concernés. Plus de la moitié de mon chiffre d’affaires est attribuable à Twitter, en grande partie parce que les clients de Twitter sont des clients qui reviennent. C’est une (belle !) surprise pour moi, car mon compte n’a pas ce but. C’est venu sans que je m’y attende. Je ne gère pas mes “abonnements” comme un fichier clients, je ne les choisis pas pour ça et seule une minorité d’entre eux est aussi dans mes clients.

Je pense que les tweets qui parlent de mes nouveautés n'intéressent que peu mon réseau. Je n'ai en tout cas jamais vu de vente liée à ces tweets-là. Twitter n'est pas une vitrine supplémentaire, l'acte d'achat se déclenche plutôt grâce à la relation de confiance, et indépendamment des arrivages en boutique. Exemple : un jour, un échange un peu risqué (car polémique) a déclenché un achat car la personne s'est retrouvée dans les valeurs que je défendais. Le coup de coeur sur le produit avait eu lieu avant, mais c'est le fait d'être d'accord avec ce que je disais qui l'a décidée. La plupart des ventes liées à twitter sont le fruit de ces points communs que l'on se découvre en discutant. Les gens me voient dans leur flux régulièrement, discutent avec moi d'humain à humain, ils pensent donc à moi le jour où ils cherchent un cadeau. Cela fonctionne autant pour les ventes "sur stock" que pour les commandes personnalisées. Les échanges sur twitter permettent aux gens de mieux me cerner et donc de mieux connaître mon univers ou ma propension à coller à leur envie, donc déclenchent (ou non) un achat, une demande.

4. Les réseaux sociaux peuvent devenir ultra-chronophages alors comment gères tu ton temps de présence en ligne sur tes profils ?

Je gère essentiellement mes profils Facebook et Twitter, mon profil Hellocoton fonctionnant plutôt en roue libre (en dehors des moments où je vais lire les blogueuses que je suis). La première chose que j'ai faite, c'est relier Facebook et Twitter (une case à cocher sur twitter et une application à autoriser sur Facebook). Ainsi, les tweets ou les statuts d'autopromo passent automatiquement sur les deux supports. Il faut en revanche que j'aille supprimer manuellement les tweets à tendance personnelle de mon profil Facebook. Je passe trois fois par jour sur ma page Facebook, c'est facile. Je passe sur twitter environ toutes les heures, parfois juste pour lire rapidement, d'autres fois pour vraiment échanger et créer une conversation (ou m'y incruster). Je m'autorise une longue plage de tweets plusieurs fois par jour, pour  échanger vraiment avec les gens, mais sans me couper dans mon  travail d'atelier ou de paperasse (pendant que je prépare le  dîner ou pendant le bain de ma fille, ou même pendant mes insomnies par exemple).

5.Twitter a son propre langage, un code bien à lui que seuls les initiés peuvent comprendre, à commencer par le hashtag (symbole dièse en français), en as tu à nous conseiller pour commencer en douceur ?

Le langage est spécifique, mais pour des habitués de Facebook, les fonctionnalités ne sont pas trop nouvelles (depuis que Facebook s'inspire de Twitter, justement !)
Le vocabulaire de base, c'est essentiellement :
- follow : s'abonner aux tweets de quelqu'un
- retweet : un bouton qui permet l'équivalent d'un partage Facebook
- hashtag (comprenez le symbole
#)

: un mot-clé utilisé par beaucoup de monde pour parler de la même chose que nous, par exemple un programme télé
- TL ou Timeline : l'ensemble des tweets des personnes que l'on suit, l'équivalent du fil d'actu de Facebook
- mention : "mentionner" quelqu'un, c'est lui envoyer un tweet en mettant son pseudo précédé d'un @. L'équivalent existe aussi sur Facebook
- DM : "direct message", un message privé

Mais pour commencer sur twitter, il faut surtout ne pas avoir peur de s'incruster dans une conversation ou de répondre à une question posée sans destinataire précis pour montrer que l'on est là et qu'on lit les personnes. Il ne faut pas non plus avoir peur de poser des questions aux personnes que l'on suit, les gens sont très réactifs sur ce réseau et répondent généralement rapidement. On maîtrise twitter en tweetant ;-) Il faut suivre des comptes en les choisissant selon ses intérêts communs, engager la conversation avec eux, et le reste vient tout seul. Les "stars" ne s'intéresseront que peu, voire pas, à un compte débutant, donc il ne faut pas se concentrer sur elles. Allez plutôt vers les innombrables comptes de personnes passionnantes et actives avec leur réseau.


6. Twitter vs Facebook pour développer son business créatif en ligne, comment les utiliser de façon complémentaire ?

Je trouve que les deux réseaux sont par nature complémentaires. Twitter est un outil de micro-blogging qui permet de créer une relation assez personnelle avec les gens, sans inonder le flux des autres car les tweets vivent très peu de temps (et on trouve ceux qui nous sont adressés dans nos "mentions", en dehors de notre timeline). A l'inverse, sur Facebook on va vite inonder les gens car les statuts vivent plus longtemps. Mais du coup, on peut se permettre d'en mettre beaucoup moins souvent pour une visibilité équivalente.

La grande différence entre les deux, c'est que les "likers" d'une page Faceboook pardonneront plus facilement une petite absence que les "followers" d'un compte twitter. Twitter est un réseau qui exige une présence régulière pour être efficace. C'est son seul gros défaut. Pour ma part, ça n'en est même plus un car j'adore discuter avec les gens que je suis et je suis plutôt obligée de me restreindre que de m'y contraindre.


Alors maintenant plus aucune excuse pour ne pas suivre Cécile sur Twitter : https://twitter.com/VanilleCitron et en profiter pour découvrir sa

Et pour aller plus loin, nous vous conseillons ce guide ideal pour débuter sur Twitter, disponible sur la boutique de Ma Petite Valisette, frais de port offert avec le code TWIT

code TWIT





1 commentaire: