Bienvenue sur le blog des Entrepreneuses Créatives

mercredi 16 avril 2014

J'arrête d'être débordée !

Vous en avez peut-être déjà entendu parler ? "J'arrête d'être débordée" aux éditions Eyrolles est le programme du moment à tester pour s'organiser ! Grace à l'une de nos gentilles stagiaires qui se reconnaitra, nous avons rencontré "virtuellement" Barbara et lui avons posé quelques questions pour vous !



Barbara, tu es co-auteure du livre tout récent “J'arrête d'être débordée” aux editions Eyrolles,

1. Comment t’es venue cette idée de livre ? A qui s’adresse-t-il ?

A l’origine du livre 2 envies :
  • L’envie de partager mon expérience de maman de jumelles avec toutes les mamans et l’envie de renouveller l’expérience d’écriture d’un livre que j’avais trouvé très enrichissante 4 ans auparavant avec “Ma forme au naturel”.
  • Alors que cette idée avait déjà été échangée avec ma directrice de collection, je croise Isabelle dans la rue qui me dit qu’elle suit en bilan de compétences une maman qui dit se sentir “engluée”. Ce mot est un déclic. Il a beaucoup raisonné en moi. Engluée était le mot qui convenait pour décrire les 3 ans que je venais de vivre avec les jumelles.

Le soir même je proposais un sommaire à Eyrolles à partir de mon expérience et de mes ressentis. Ce sommaire a été validé dans la foulée avec en trame de fond  “comment devenir une championne du quotidien”. Laissant parler mon expérience de maman, coach et spécialiste de la préparation mentale. Dans la foulée je propose à Isabelle de partager des tests utilisés en bilan de compétences pour que le livre couvrent  tous les domaines de la vie d’une femme.

Ce livre s’adresse à toutes les femmes qui mènent leurs vies de front mais sans prendre le temps de s’en rendre compte ni de s’en féliciter. Ce livre c’est le kit de survie des mamans qui veulent concilier leur vie professionnelle et personnelle sans perdre des plumes en chemin.





2. Quelle est sa particularité (manuel, entrainement...) ?

“J’arrête d’être débordée” est une méthode en 21 jours parce qu’il faut 21 jours consécutifs au cerveau pour intégrer un changement et accepter de nouvelles habitudes.

Ces 21 jours  se décompose en 3 semaines :
Semaine 1 – Je me prépare comme une sportive
Semaine 2 – Je me déleste du trop-plein
Semaine 3 – J’avance, sûre de moi

Avec des astuces à suivre, des rituels à instaurer, des exercices, et des challenges !

3. Quand tu es débordée, ca donne quoi ?

Ah! J’adore cette question. Débordée j’étais du genre à vouloir divorcer parce que mon mari n’a pas rangé les courses, à menacer “je vous avertis, il ya plus de télé pendant un mois”, à faire mon calimero : “puisque c’est ça je ne dîne plus avec vous !”

Depuis que je ne veux plus me laisser déborder ni par les événements ni par les émotions, je suis du genre à m’enfermer dans ma chambre ou mettre les enfants dans une autre pièce pour en ressortir après avoir relaissé tomber la pression. Je décompresse aussi beaucoup par la musique. Je la mets à fond (avec ou sans casque) et je danse (volets fermés !)

J’écris aussi ...je fais des listes … des listes ….tout ce qui est écrit ne nous encombre plus l’esprit. On se sent plus légère et un peu moins débordée!



4. Pouvons-nous toutes s’organiser pour ne PLUS ETRE DEBORDEE ?

Oui! Parce que s’organiser n’est pas juste une question de placards rangés, de repas équilibrés faits maison, et brushing impeccable à 8h10 devant l’école.

S’organiser c’est d’abord récupérer de l’énergie pour le faire, s’accorder attention et bienveillance ! C’est aussi gagner confiance en soi pour mener à bien nos projets et être fière de nos choix. C’est avoir un pied dans ses projets personnels et/ou professionnels et un pied dans l’épanouissement de sa famille et avancer ! Enfin c’est prendre le temps de vivre les moments qui en valent le coup (partie de polochons, dîner d’amoureux, déjeuner de copines,...) sans se laisser imposer des conduites à tenir par nos croyances (je dois nettoyer, je dois être ambitieuse, je dois rester à la maison, …).



5. Finalement, “Etre débordée” c’est bien ou mal ?

C’est bien parce que se sentir débordée c’est se sentir exister, non ? Mais c’est aussi mal si vous ne savez pas vous arrêter ! J’ai vu beaucoup trop de copains et de clientes en burn-out l’année dernière. Je consacre d’ailleurs un chapitre sur la fatigue dans “J’arrête d’être débordée”.
Quand “être débordée” c’est s’oublier en donnant trop d’importances aux choses logistiques, au “faire”, il est urgent d’agir et de ralentir. Je vous entends d’ici réagir à la lecture du mot ralentir ! Vous vous dites que “c’est pas possible”. Mais voyez plutôt les choses comme ceci : ralentir ne veut pas dire en faire moins, mais plutôt faire différemment.

Retrouver Barbara et tous ses bons conseils sur les réseaux :
Twitter : @barbameyer


2 commentaires:

  1. Merci pour cet entretien ! ça donne vraiment envie d'acheter le livre !! :)

    RépondreSupprimer
  2. Très sympa cet interview ^_^ et tout à fait d'actualité certains jours !

    RépondreSupprimer