Onze Octobre : le réseau des femmes atteintes de maladies chroniques

11 mars 2021


C'est une belle rencontre que nous venons de faire sur Instagram : Nolwenn Marchal a créé un réseau de femmes pas comme les autres : le réseau www.onzeoctobre.com.  Nous sommes parties à sa rencontre virtuelle pour en savoir plus sur elle et sur son initiative qui mérite d'être saluée....


1. Quel est ton parcours ?


C’est toujours difficile pour moi de répondre simplement à cette question parce que j’ai fait pas mal de choses depuis que j’ai commencé à travailler en 2007. Mais promis, je vais essayer de faire court. 


J’ai donc commencé ma carrière comme journaliste web, dans un grand groupe de presse. J’étais super fière de moi au moment de signer mon contrat - on m’avait répété que je n’y arriverai jamais ! Mais je me suis très rapidement sentie à l’étroit. J’adorais chercher des informations, écrire, mais j’aimais aussi beaucoup imaginer des projets, et je n’avais clairement pas assez de marge de manœuvre là où j’étais pour pouvoir m’amuser. Je suis donc partie faire du conseil, en agence de communication. Pendant quelques années, j’ai alors aidé des entreprises, principalement dans le domaine de la santé, à créer des magazines et sites internet et les contenus à l’intérieur. C’était vraiment passionnant. Néanmoins, j’avais beaucoup de mal avec « la vie en entreprise », ses codes, etc. Et donc en 2011, j’ai pris la décision de créer ma propre agence. Ce fut là encore une super expérience. Mais au bout de quelques années, j’ai eu envie de changer d’air, de faire autre chose. J'ai donc fait le pari de fermer mon agence et j’ai créé un service inédit de préparation au mariage et à la cérémonie laïque. J’ai alors célébré une cinquantaine de mariages (oui, oui !). Avant de devoir finalement arrêter mon activité, principalement pour des raisons de santé. J’ai alors écrit « Ma bible de la cérémonie laïque », une série de livres pour aider les couples à créer leur cérémonie eux-mêmes. Puis j’ai décidé de revenir à mes premières amours, dans le domaine de la santé justement. Et de me consacrer, cette fois, à un projet que j’avais en tête depuis longtemps mais que je n’avais jamais osé lancer : un réseau pour les femmes qui ont une (ou plusieurs) maladie(s) chronique(s) et qui veulent continuer à s’épanouir personnellement et/ou professionnellement, malgré leur(s) maladie(s). 



2. Comment et pourquoi t’est venue l’idée de lancer ce réseau ? À qui s’adresse-t-il et pourquoi ?


Cette idée, je l’ai en tête depuis longtemps, plus de 12 ans maintenant. En fait, ça remonte à l’époque où on m’a moi-même diagnostiqué ma première maladie chronique : une maladie qui détruit notamment les articulations et qui ne se guérit pas. J’allais alors avoir tout juste 24 ans et ce dont j’avais vraiment besoin à ce moment-là, c’était que l’on me dise que j’allais quand même pouvoir m’épanouir, être aimée, continuer à travailler, et surtout, que l’on me montre comment faire. 


J’avais envie de rencontrer des femmes qui avaient vécu la même chose que moi et qui avaient trouvé comment s’épanouir et se réaliser, de discuter avec elles, apprendre comment elles géraient leur maladie mais surtout, comment elles géraient leur vie de couple, leur carrière, leur vie de famille, leur vie de femme… parce que la maladie peut avoir des impacts sur absolument tout. Sauf que ces femmes, je ne les ai pas trouvées et ce n’est pas du tout le discours que l’on m’a tenu. Partout, on ne me parlait plus que de maladie, de symptômes, de douleurs, comme si ma vie allait se résumer à ça. Or pour moi, c’était impensable ! 


J’ai donc dû me débrouiller seule mais je me suis promis à ce moment-là que si, un jour, j’arrivais effectivement à m’épanouir malgré la maladie, je créerais ce que j’aurais aimé trouver : un endroit où l’on pourrait justement rencontrer des personnes qui vivent la même chose, avec qui l’on pourrait discuter, échanger, auprès de qui l’on pourrait trouver des réponses, de l’espoir, de l’inspiration… Un endroit où l’on pourrait aussi trouver des ressources adaptées pour se reconstruire, s’accepter, s’épanouir en tant que femme… Et ce, en ligne, pour que ce soit accessible à toutes.


Il m’aura fallu du temps pour réussir et oser, surtout que mes problèmes de santé ne se sont pas arrêtés là, mais voilà, ça y est, cet endroit existe enfin ! Il s’appelle Onze Octobre. Et chaque semaine, on s’y retrouve donc désormais, entre femmes touchées par la maladie, pour des cafés ou apéros virtuels, des talks inspirants… Bientôt, seront aussi accessibles des guides, des cours en ligne, etc.



3. Quels sont les obstacles, étapes, challenges que tu as rencontrés sur ta route ?


Mon principal obstacle, c’est sans aucun doute mon état de santé, qui s’est fortement dégradé ces dernières années (j’ai dû me faire opérer plusieurs fois, on m’a diagnostiqué plusieurs nouvelles pathologies, particulièrement invalidantes suite au Covid, je suis restée deux mois à l’hôpital rien que l’année dernière, par exemple). Donc ce n’est pas toujours facile de continuer à travailler au milieu de tout ça. Mais en même temps, si je n’avais pas vécu tout ça, et si je ne vivais pas tout ça, je n’aurais jamais créé ce projet ! Donc voilà, je fais avec ! C’est souvent frustrant parce que j’ai plein d’idées, plein d’envies et je ne peux pas tout faire en même temps, mais je continue à me faire plaisir et j’arrive à proposer des contenus de qualité aux membres du réseau, ce qui au fond, est l’essentiel.


Mon plus gros challenge maintenant, c’est de réussir à faire connaître le réseau, de réussir à le faire grandir, pour qu’à l’avenir, toutes les femmes concernées sachent qu’il existe et qu’elles ne sont pas obligées de rester seules.



4. En quoi ton réseau peut-il aussi répondre aux besoins de certaines entrepreneuses ?


Ce que propose Onze Octobre, c’est, comme je le disais, de pouvoir rencontrer des femmes qui sont, elles aussi, touchées par la maladie. Et parmi elles, eh bien, il y a aussi des entrepreneuses, avec qui on peut échanger. 


Il existe certes plein de réseaux d’entrepreneuses où on peut le faire aussi, mais personnellement, je trouve qu’il peut être difficile de trouver sa place dans ces réseaux, quand on a une maladie chronique. Parce que même si nos maladies ne nous définissent pas, il faut quand même être réaliste : on n’a pas les mêmes contraintes que les autres, on n’a souvent pas le même rythme de travail… Ce qui fonctionne pour les autres ne nous sera donc pas forcément adapté. Et si en plus, on est du genre à se comparer, ça peut très vite devenir décourageant. On se dit que nous, on n’y arrivera jamais ! Sans compter qu’on ne peut pas toujours se déplacer, rester debout, etc. L’avantage d’Onze Octobre, c’est que l’on va pouvoir échanger (en ligne) avec des personnes qui ont été ou sont confrontées exactement aux mêmes problématiques et aux mêmes contraintes que nous. Et ça, je trouve ça génial !


D’ailleurs, puisque nous en parlons, je suis justement en train de mettre en place des rencontres spéciales entre membres entrepreneuses ou futures entrepreneuses, afin que l’on puisse parler plus longuement de nos projets professionnels, demander des avis, trouver des solutions à nos difficultés, nous motiver, nous encourager… Je compte également proposer de plus en plus de ressources, d’outils pour apprendre, spécifiquement, à créer et/ou développer son entreprise quand on a ces contraintes liées à la maladie. C’est quelque chose qui m’a souvent manqué dans mon parcours d’entrepreneuse et quelque chose qui aujourd’hui, me tient vraiment à cœur de transmettre. 


Et puis au-delà de ça, le réseau peut aussi être l’occasion de se faire connaître. Même si - je préfère préciser - il ne s’agit pas d’une plateforme publicitaire !



5. Quels conseils donnerais-tu à ces entrepreneuses concernées par une maladie chronique, pour améliorer leur vie ?


Je dirais de s’écouter d’abord, d’écouter son propre rythme et de ne pas chercher à vouloir suivre celui des autres. Certes, on est peut-être moins rapide que d’autres mais l’entrepreneuriat, c’est plus un marathon qu’un sprint. Et pour réussir, on a un atout incroyable, c’est notre capacité d’adaptation ! Donc arrêtez de vous comparer, faites-vous confiance, faites ce qui compte pour vous, prenez-y du plaisir ! Et puis, si le coeur vous en dit, rejoignez le réseau, vous verrez, ça fait du bien, peu importe où on en est dans notre vie ;-)


Pour en savoir plus et/ou nous rejoindre : https://www.onzeoctobre.com 


 

Publier un commentaire